top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurjackiebhamilton

Aidons nos êtres chers décédés à trouver la paix


On entend souvent dire « qu’il n’y a rien qui prouve » que la vie continue après la mort. Pourtant de nombreux livres ont été écrits sur le sujet et de multiples personnes, à chaque jour, arrivent à « discuter » avec des êtres décédés qui, en relatant des faits connus de très peu de gens, prouvent qu’ils sont bien ceux qu’ils disent être.


Du coup, les sceptiques, lorsqu’ils ont la chance de vivre cette expérience pour le moins incroyable, perdent de leur sens critique car, dans la vie comme dans la mort, on ne peut pas tout expliquer.

Comprenez-moi bien ici; je ne veux pas blesser ni offusquer qui que ce soit et je respecte le fait que nos croyances soient différentes. Je sais également que la mort est un sujet délicat, mais, aujourd’hui, je ressens le besoin de me faire le porte-parole de nos êtres chers décédés pour dire que la Conscience de ce qu’ils ont été, elle, semble survivre après la mort.


Ils n’ont pas oublié qui ils étaient et ne nous ont pas oubliés non plus. L’âme se rappelle sa dernière vie et, pour plusieurs, elle continue à nous accompagner dans notre quotidien. Elle est peut-être même plus présente que du temps qu’elle avait forme humaine et elle a également désormais une meilleure compréhension de ce qu’elle a fait de bien et de moins bien lors de son passage sur Terre.

Oui, nos êtres chers se réjouissent de nos bonheurs, mais ils se désolent aussi de nos malheurs. Et ils « souffrent » de nous voir souffrir.


La seule idée que nos tourments puissent empêcher ceux que nous chérissons d’être sereins devrait être une motivation suffisante pour nous amener à chercher des moyens de retrouver la paix dans nos cœurs.


L’amour que nous éprouvons pour cette personne – qui, présentement, se traduit probablement par du désespoir - doit finir par se transformer en lumière afin d’aider celle-ci à bien vivre sa transition.

Bien entendu, cela se fera en temps et lieu pour chacun d’entre nous car nous n’avançons pas tous à la même vitesse et nous ne sommes pas tous prêts à accepter la mort, mais, surtout, à accepter ce qui a causé celle-ci. Si le décès est inexplicable ou mystérieux, qu’il est considéré comme injuste… Il va de soi que le lâcher prise est plus difficile.


J’écoutais d’ailleurs dernièrement un documentaire sur Netflix, l’histoire de Mario Biondo dont la famille refuse catégoriquement d’accepter le fait qu’il se soit peut-être réellement suicidé et qui vit chaque jour, depuis 2013, dans un esprit de vengeance à chercher de façon obsessionnelle le ou les coupables de ce qu’ils croient être un meurtre.


C’est d’ailleurs cette histoire qui m’a donné envie d’écrire cette réflexion. Je me demandais comment se sentait Mario de voir ainsi ses parents, son frère et sa sœur mépriser le monde entier et gaspiller les précieuses heures de leur vie à vouloir prouver ce qui semble humainement impossible à prouver. Le corps a été inhumé trois fois déjà avec toujours les mêmes résultats!


Je ne dis pas ici que leurs suspicions ne sont pas fondées. Oui, il y a matière à se poser des questions. Je dis simplement qu’à un certain moment, il faut accepter l’inacceptable et pour soi et pour la paix de cet être qui n’est plus.


Je vous laisse sur une affirmation qui, je crois, peut apporter un certain réconfort : Puisque la mort n’est pas une fin en soi, mais simplement un passage dans une autre dimension, je choisis aujourd’hui de vibrer l’amour et la paix pour que tu puisses aussi être baigné(e) de lumière.

202 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page