Rechercher
  • jackiebhamilton

Ces moments d'anxiété


L’anxiété est un état que nous sommes plusieurs à connaître. On peut même dire que c’est le fléau du siècle. Mais, tout d’abord, définissons ce qu’est l’anxiété pour nous permettre (1) de mieux la connaître et (2) de mieux comprendre quel est son mode de fonctionnement.


L’anxiété, c’est une pensée X à laquelle on attribue un haut indice de danger. De ce fait, celle-ci nous fait sentir que quelque chose de très grave peut nous arriver alors nous nous mettons automatiquement en mode « attaque » ou en mode « fuite »; ces deux modes étant générés par une seule et même force : la peur.


Donc, il y a cette situation préoccupante qui revient constamment nous hanter et à laquelle le cerveau donne un indice de « danger potentiel » qui, bien souvent, ne correspond pas du tout à la réalité. Mais, peu importe... à ce stade, le cerveau ne fait pas de différence entre la réalité et la fiction. Il se fit tout simplement au ressenti et, à partir du ressenti, il en rajoute encore et encore, tant et si bien que la crainte du départ devient un énorme sujet de préoccupation qui prend toute la place, nous paralyse, nous met dans une position de peur intense, une peur qui, si on la décortiquait, nous semblerait probablement ridicule.


Rares sont les sources d’anxiété qui tiennent la route lorsqu’on prend véritablement le temps de les questionner et, malheureusement, peu de gens prennent le temps de le faire parce que, justement, ils sont tellement paralysés par celles-ci ou l’idée de celles-ci.


Alors, quelle est la solution? Démanteler pièce par pièce cette fausse source de danger afin qu’elle perde de son pouvoir, de son contrôle sur nous.


Pour ce faire, il faut d’abord être conscients qu’on est en train d’être pris au piège par une peur qui est probablement non justifiée. De ce fait, lorsque nous sentons l’anxiété monter, il faut tout de suite s’arrêter et se demander : « Qu’est-ce qui se passe? Quelle est la situation qui, tout à coup, vient perturber mon équilibre? »


La plus grande erreur que les gens font, c’est d’essayer de chasser les pensées comme on le ferait avec une mouche noire. Mais on sait très bien que cette mouche reviendra encore et encore.


Bien entendu, certaines personnes y arrivent parce qu’elles ont entraîné leur cerveau à faire rapidement volte-face, mais pour le commun des mortels, il faut tout simplement arriver à mettre le doigt sur la raison précise pour laquelle, tout à coup, l’énergie est passée en mode inquiétude.


Une fois que nous savons quelle est véritablement la cause de notre malaise intérieur, il faut se demander, en toute honnêteté, s’il y a réellement matière à s’inquiéter ou si cette conviction soudaine provient de notre nature insécure.


Si la réponse est en lien avec notre propension à l'insécurité, il faut dresser une liste de solutions, et ce, sans tenir compte de leur niveau de faisabilité. Agissons comme si nous avions tous les pouvoirs, toutes les ressources possibles pour régler rapidement cette fameuse situation.


L’important, ici, est de ressentir une amélioration dans notre état en imaginant la solution X qui nous débarrassera de notre problème.


En un mot, il faut « bluffer », c’est-à-dire mettre mentalement en place la solution parfaite pour enrayer la source d’anxiété de sorte de permettre à notre cerveau de sortir de cette pièce dans laquelle il se sent pris au piège.


Bien sûr que notre dialogue intérieur travaillera fort pour nous faire voir à quel point tout ceci ne tient pas debout, et ce, afin de ramener la peur. Mais nous aurons tout de même réussi à semer un doute, à ébranler sa confiance, à lui enlever de sa force de sorte que la peur ne sera plus aussi menaçante qu’elle était au tout début de l’exercice.


Une autre approche serait de se placer au-dessus de cette émotion, à un niveau beaucoup plus supérieur qui fait que nous devenons simplement l’observateur de ce que cette situation essaie de nous faire ressentir, mais en restant totalement déconnectés. Il faut arriver à observer (s'observer) sans se sentir concernés. C’est un peu comme regarder un film, mais ne pas se laisser envahir par l’émotion du scénario. Vous comprenez?


Alors, voici quelques petits conseils qui, j'espère, nous aideront tous à contourner ou à intervenir sur nos moments d’anxiété ou, à tout le moins, contribueront à raccourcir ceux-ci.

Visitez ma boutique pour découvrir mes livres, mon programme d'accompagnement et mon service de canalisations

180 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout