Jackie B. Hamilton, auteure
Québec, Canada

 

info@jackiebhamilton.com

© 2017 par Jackie B. Hamilton, créé avec Wix.com

30/07/2019

Please reload

Articles récents

Se « mutiler » le coeur

Certaines personnes ne peuvent s'empêcher de s'automutiler, c'est-à-dire de volontairement blesser leur corps par des coupures, brûlures ou autres marques de violence.  Le but de ceci est de transformer une douleur psychique en douleur physique et ainsi d'avoir l'impression de mieux contrôler les circonstances.

 

Nous sommes tous d'accord pour dire que tout ceci est bien triste, mais savez-vous qu'il existe une autre forme d'autopunissement que plusieurs d'entre nous adoptons sans même nous en rendre compte?  Se « mutiler le coeur ».

 

LES PAROLES BLESSANTES

 

À quoi ça ressemble?  Ça peut être tout simplement d'entretenir des paroles blessantes envers quelqu'un dans le simple but de lui faire mal parce qu'il nous a fait mal. Sur le coup, nous en récoltons une certaine satisfaction, mais le goût amer qu'il en reste confirme à quel point tout ceci est malsain.

 

LES COMPORTEMENTS EXCESSIFS

 

C'est aussi adopter des comportements excessifs (alcool, drogue, sexe, jeu, shopping) dans le but premier de faire taire un malaise ou une douleur.  Toutefois, ce qui est sensé nous aider à être plus heureux finit immanquablement par nous détruire.

 

NÉGLIGER QUI NOUS SOMMES

 

Et n'oublions pas tous les gestes que nous posons qui vont à l'encontre de nos valeurs, de ce que nous sommes, de ce que nous voulons véritablement, mais que nous ne pouvons pas contrôler car le désir inconscient de détruire est souvent plus fort que le désir de faire du bien.

 

En fait, on pourrait résumer « se mutiler le coeur » par s'autosaboter.  C'est en quelque sorte une manière de s’interdire de réussir sa vie en se coupant de toutes les sources de bonheur, en se tenant enfermés dans des situations qui, nous le savons, nous désavantagent, mais surtout, nous empêchent de nous faire aimer et de nous aimer.

 

Le fond du problème, c'est le manque d'estime que nous portons en nous et qui a envie de se faire entendre encore et encore. Ainsi, il nous incite à recréer des situations qui nous convaincront, par exemple, que nos parents avaient raison de ne pas nous considérer, de ne pas nous accorder leur attention ou leur amour, de ne pas nous faire confiance...  Cette blessure, implantée au cours de l'enfance, nous poursuit, nous pourchasse.  

 

Comment s'en sortir?  Tout d'abord, en reconnaissant que chaque fois que nous agissons de manière à nous dévaloriser, à nous blesser, à nous humilier, c'est de l'autopunition.  À partir de là, il faut reprendre le contrôle de notre esprit - de nos émotions - afin de ne plus tomber dans le piège de nous punir pour quelque chose qui, probablement, ne nous appartient pas ou que nous ne pouvons pas effacer.

 

 

 

 

 

Please reload

Suivez-moi
Please reload

Recherche
Please reload

Archive
  • Facebook Basic Square