Rechercher
  • jackiebhamilton

L'amour comme dans les films

Dernière mise à jour : 8 nov. 2021


Je me demande parfois si l'amour, comme on le voit dans les films, tient de la science fiction ou si c'est ce qui nous arriverait si on était tous moins compliqué et mélangé dans nos têtes.


Le fait est que ça ne date pas d'hier que les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars. Mais, pour être honnête, en 2021, va falloir nous trouver des planètes encore plus éloignées pour décrire le fossé qui semble se dresser entre les célibataires qui "prétendent" rechercher l'amour.


Très franchement, on dirait que les relations amoureuses sont doublement compliquées par rapport à celles de nos parents ou grands-parents? Est-ce une simple impression, une fausse perception, une interprétation biaisée?


J'ai le bonheur (façon de parler) d'être encore "sur le marché des célibataires", ce qui me permet, bien entendu, de prendre le pouls à l'occasion et je dois sincèrement avouer que ça ne s'améliore pas. (Soupir!)


En fait, je réalise que TOUT le monde demande que les choses soient simples alors que TOUT le monde est vachement compliqué à satisfaire. Et je ne dis pas ici que je ne fais pas partie de cette catégorie.


Toutefois, cette tendance à NE PAS vouloir être en couple, tout en profitant des avantages et privilèges.. Euh... Comprends pas! Désolée!


On refuse le statut, mais, dans les faits, ce qui se passe entre les deux partenaires relève tout de même d'une relation de couple : se voir régulièrement, passer du bon temps, être exclusif, etc.


J'expliquais justement la chose à un homme "mêlé" dernièrement : Cette notion de ne surtout pas vouloir dire "je suis en couple", comme si c'était une véritable honte ou damnation. Dans le temps, on disait qu'on "sortait ensemble" et si, après une semaine, un mois ou un an, ça n'allait plus, on disait que c'était fini. Ça ne pouvait pas être plus SIMPLE que cela! Il est où le problème???


Mais la tendance actuelle est de NE PAS se dire en couple et, surtout, de lancer la fameuse phrase : "Je ne veux pas que tu te fasses des attentes.". Ainsi, on a l'impression de se déresponsabiliser et de se protéger de toute culpabilité si jamais ça tourne mal. Une attitude un peu lâche, si vous voulez mon avis.


En réalité, je pense que plusieurs personnes suivent cet étrange courant sans trop savoir pourquoi, parce que ça fait cool, tout simplement.


Pour l'analytique que je suis et qui, TROP souvent, fais preuve de beaucoup de discernement, ça ne cadre pas du tout avec mes valeurs, mais, surtout, pas avec la valeur que je m'attribue et que je veux attribuer à cette sphère importante de ma vie qu'est celle de l'amour romantique.


Je ne suis vraiment pas du type à accepter les faux-semblants, les relations tièdes ou grises, pas claires et confuses... Vous voyez, moi, je veux de l'intégrité, de l'honnêteté, de la transparence, de l'ouverture, de la confiance, de l'abandon... et ce, d'entrée de jeu!


Je me dis que si une "relation" (qu'on appelle désormais "fréquentation" pour que ça ne fasse pas du tout sérieux) démarre sur un fond de doute, d'hésitation, d'exigences et de contraintes, je ne vois vraiment pas quel plaisir je pourrais y avoir et, deuxio, vais-je vraiment me retenir de m'investir émotionnellement avec quelqu'un juste parce que ça fait son affaire et qu'il m'en fait la demande?!? Sommes-nous devenus des robots, ma parole! Ce que j'en conclus, c'est que ce désir de vouloir que TOUT soit SIMPLE, voilà ce qui est en train de faire mourir l'amour comme on le voit dans les films.


Non seulement, on se complique la vie en imposant notre liste de restrictions et en traitant nos relations amoureuses comme des entrevues d'embauche, mais on tue la spontanéité et la magie qui sont la colle qui permettrait aux couples de se souder.

140 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout