Rechercher
  • jackiebhamilton

Le mal s'exprime avant de s'imprimer


Notre premier réflexe, lorsque nous avons des petits pépins de santé, est de tout de suite attribuer ceux-ci à nos habitudes de vie, soit notre alimentation, notre niveau de stress et notre manque d’activités physiques.


Pour le stress, je suis d’accord. Toutefois, nous ne pouvons plus ignorer la participation active de nos émotions – ce que nous vivons et, particulièrement, ce que nous refoulons – comme principales causes de nos ennuis de santé. Et je rajouterais ici que cela surpasse la notion d’hérédité qui, à mon sens, est une forme de programmation dont il faut absolument se débarrasser, et ce, pour notre plus grand bien à tous. Nous avons toujours deux choix dans la vie : faire comme ou faire différemment.


Il y a plusieurs années, je me suis intéressée à la biologie totale où on émet l'hypothèse que les maladies seraient occasionnées par un conflit psychologique, plus particulièrement un « surstress » (un choc) qui, lorsqu'il se répète, enclenche le processus de la maladie.


Notre corps est une incroyable machine; une machine qui ne manque pas de nous avertir lorsqu’il y a quelque chose qui nuit à son bon fonctionnement. D’ailleurs, nous recevons tous régulièrement des signaux que nous préférons probablement ignorer jusqu’au jour fatal où la maladie apparaît.


Selon le principe de la biologie totale, si on analyse la vie de ceux et celles qui sont atteints d’un certain type de cancer, par exemple, nous pouvons voir qu’il y a une corrélation dans les événements (émotions) vécus. Je vous invite d’ailleurs à vous procurer le grand dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel si le sujet vous intéresse.


Bien que cela soit quelque peu déstabilisant de savoir que nous puissions fabriquer nous-mêmes la maladie, cela nous confère également un incommensurable pouvoir qui est cette capacité de retourner vers un état de santé parfaite.


Encore une fois, tout se passe toujours au dernier étage, au niveau de nos pensées, conscientes et inconscientes, des pensées qui entraînent des ressentis; ceux-ci entraînant des déséquilibres dans le corps; ceux-ci entraînant la maladie (le mal a dit).


Laissez-moi vous raconter ici comment mon propre corps me transmet des messages lorsque je vis certaines émotions qui sont dans la catégorie « négatives ».


  • Raideurs au bas du dos lorsque je me sens financièrement insécure. Il y a même certaines fois où, à l’épicerie, j’ai cru que mon dos allait barrer alors que je me penchais pour prendre un article sur une tablette du bas.

  • Grippe lorsque je vis un conflit relationnel. D’où l’expression prendre quelqu’un en grippe!

  • Migraine lorsque je fais face à une situation où je me dévalorise. D’où l’expression se taper sur la tête!

  • Suite à un traitement de canal, je me suis retrouvée avec une certaine facilité à développer un abcès qui, curieusement, n’apparaissait que lorsque je vivais une certaine colère envers quelqu’un. D’où l’expression avoir une dent contre quelqu’un!


Vous êtes probablement perplexes par rapport à ces théories, mais je vous enjoins tout de même à porter attention à ce que votre corps tente de vous exprimer.


Si on pousse un peu plus loin l'idée que le corps désire nous communiquer les conflits qui, en nous, doivent être adressés, nous pourrions dire que lorsque nous avons des problèmes au niveau des oreilles, c'est en lien avec quelque chose que nous refusons d'entendre ou qui est douloureux à entendre. Même chose pour les yeux. Quelque chose que nous refusons de voir ou qui est douloureux à voir. Une raideur dans le cou serait reliée à une réticence ou une crainte à regarder soit vers l'avenir (la droite) ou le passé (la gauche). Et ainsi de suite.


Cette merveilleuse machine, qui est rodée à la perfection, nous envoie des messages par poste prioritaire, messages (symptômes) qui, s’ils sont trop longtemps ignorés, risquent de se transformer en maladie.


Mais n’oublions pas qu’avant la maladie, il y a le mal (le malaise) qui tente de s’exprimer avant de s’imprimer et c'est là que nous pouvons intervenir pour faire toute une différence.


158 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout