Rechercher
  • jackiebhamilton

Aimer ou ne pas aimer, telle est la question


Je ne veux pas être une « grinch » ici, mais pas de besoin de la Saint-Valentin pour nous poser la question, à savoir si le fait d’être romantiquement impliqués avec quelqu’un est quelque chose qui nous apporte ou nous enlève du bonheur. Je m’explique avant de me faire flageller sur la place publique.


Vous voyez, le temps et les expériences me font réaliser certaines choses. D’abord que la majorité des couples que l’on connait ne sont pas aussi heureux qu’ils veulent bien le laisser paraître.


Ensuite, que ceux et celles qui sont en solo et qui attendent de rencontrer « la perle » ont presque toujours un vide à combler qui n’a rien à voir avec les autres et qui ne pourra jamais véritablement être apaisé à moins de faire un travail sur soi.


Et pour ce qui est de « la perle », les seules qui existent se trouvent dans des huitres au fin fond de l’océan alors…


D’ailleurs, ça me fait bien rire cette obsession à vouloir quelqu’un de parfait alors que nous sommes nous-mêmes bourrés de défauts et d’aspects à améliorer. Le pire, c’est que nous avons tous ce réflexe. Nous visons tous cet idéal.


Est-ce notre ego qui parle et qui nous convainc que nous sommes tellement spéciaux que nous méritons forcément quelqu’un de spécial?


Je suis pareille; je vous l’assure. Si vous voyiez ma liste de critères! (Clin d’œil) Et je réalise aussi que cela a TOUT à voir avec mon estime puisque si on cherche l’inaccessible, on risque de ne jamais le trouver et, forcément, de n’être jamais confronté à ses insécurités.


Quoiqu’il en soit, la véritable question ici est de savoir si le fait d’être en amour, en couple, est la réponse à notre désir d’être heureux dans la vie ou si nous vivons dans l’illusion que ça l’est ou que ça pourrait l’être.


Si vous me dites aujourd’hui que vous êtes dans une relation sérieuse et stable depuis un certain temps et que le ciel est au beau fixe, je vous dis bravo! Vous avez certainement gagné au loto et, surtout, ne changez pas la combinaison.


Toutefois, si votre couple vous demande de constamment marcher sur des œufs, d’être le seul ou la seule à faire des concessions… Ou si vous avez l’impression d’arriver dans un champ de mines lorsque vous entrez à la maison le soir alors vous êtes en droit de vous demander si le prix qu’il vous en coûte pour « aimer », pour être « en couple » justifie tous les dommages émotionnels (et forcément physiques) que la situation vous fait vivre.


En terminant, bien que nous sentions souvent une certaine pression de la société (ou c’est une pression que nous nous imposons nous-mêmes) à être en relation avec quelqu’un pour ne pas être jugés indésirables (se voir comme un rejet), je pense qu’il faut prendre le temps d’évaluer les raisons qui nous amènent à être en couple comme les raisons qui nous amènent à choisir le célibat.


L’important, c’est d’en arriver à la conclusion que, peu importe le statut que nous choisissons, il contribue véritablement à nous rendre plus heureux. 💜



117 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout