Rechercher
  • jackiebhamilton

Le bonheur est d'abord un état d'esprit


Le bonheur, c’est le cumul de plusieurs plaisirs qui perdurent dans le temps. Il ne repose jamais sur une seule et même chose. Au contraire, bien souvent, il s’alimente de nombreux petits riens.


Toutefois, il reste qu’il est d’abord et avant tout un état d’esprit. Ou oserais-je dire une « ouverture » d’esprit, c’est-à-dire la capacité à recevoir et à apprécier.


La preuve? Prenons cent personnes et plaçons-les dans les mêmes conditions pendant un certain temps et je peux vous assurer que certaines se diront très heureuses; d’autres, moyennement heureuses, et le reste du groupe n’aura pas ressenti « ce bonheur » dont les autres parlent.


Bien sûr, ce qui nous rend heureux est souvent en lien avec certains souhaits et attentes que nous pouvons avoir, mais c’est aussi beaucoup plus que cela. C’est d’abord et avant tout notre état d’esprit « naturel » - la façon dont nous pensons, dont nous raisonnons en rapport à tout ce qui nous entoure – qui a le plus gros impact sur la qualité de notre vie.


Ainsi, nous pouvons nous lever chaque matin le cœur rempli de joie parce que, tout simplement, le soleil est de la partie. À l’inverse, nous pouvons, dès la sortie du lit, ressentir de l’angoisse, ce qui fait que nous appréhenderons la journée à venir, ce qui fait que celle-ci risque probablement d’être plus difficile.


Vous allez me dire que tout dépend du lot de tracas avec lequel chacun de nous devons débattre au quotidien? Je vous répondrai alors que ça aussi – notre propension à nous inquiéter – c’est d’abord et avant tout un état d’esprit. C’est la façon dont nous organisons nos pensées et l’importance que nous CHOISISSONS de leur donner ainsi que la direction que nous DÉCIDONS de leur faire prendre.

Si, d’entrée de jeu, nous jouons correctement notre rôle de « bons parents » envers nous-mêmes et veillons à ramener les choses en perspective et à nous rassurer, les soucis ne devraient pas gagner en intensité, mais ils devraient tous se changer en plans d’action, en solutions ou, tout simplement, en lâcher prise et / ou acceptation.


Nous devrions être capables de passer d’un état d’inquiétude à un état de sérénité parce que nous avons fait en sorte de prendre le contrôle et de tourner à droite plutôt qu’à gauche, c’est-à-dire d’emprunter la route de l’espoir plutôt que celle de la désespérance.


Évidemment que tout cela demande des efforts et une bonne dose d’engagement. C’est le même défi que celui que l’on se donne lorsqu’il est question d’améliorer son alimentation. Tout au long de la journée, nous devrons faire des choix « bonheur ». Et plus nous y arriverons, plus notre état d’esprit naturel se transformera.


Ainsi, un beau matin, nous constaterons que, nous aussi, nous sommes capables de nous sentir sereins, confiants, comblés, heureux… comme les autres, et ce, sans que nécessairement nos conditions extérieures n’aient eu à changer. Sans raisons véritables.


La recette est simple, même si pas toujours évidente à intégrer : il faut cultiver nos états d’appréciation et d’acceptation, travailler notre ouverture, aborder la vie (notre vie) différemment.

95 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout